Le Guide des x86

 Recherche (OK)

 

Statistiques
Collections : 16116  cpu
Connus : 7923  cpu
En vente : 183  cpu
Photos : 22530  photos
 Ajouter aux favoris
 Page de démarrage
Plan du site Plan du site

Français  English  Dutch   

 Se connecter
 S'enregistrer

Intel > Processeurs > Celeron > Architecture P6

Sommaire


Historique
Les modèles
Les modèles (liste)
Du côté du collectionneur



Historique

Le renouveau du bas de gamme chez Intel

Depuis les 486, Intel ne disposait plus d'une ligne "bas de gamme" pour ces processeurs. En effet, aucune déclinaison discount du Pentium ne fut créée. Il est vrai que celui-ci s'étagea dans un très grand nombre de fréquences de fonctionnement et qu'ainsi, il en devenait presque inutile de faire ce type de déclinaison.
Mais le glissement du monde PC vers le grand public de masse, amorcé avec les 486 et avéré avec les Pentium imposa à Intel d'aller chercher encore de nouveaux clients avec sa nouvelle génération de processeurs, les Pentium II. D'autant plus que ces derniers, très performants étaient aussi très couteux à produire, du fait de leur mémoire cache de 512Ko. Et qu'AMD commençait sérieusement à devenir menancant avec ses K6, certes peu performants, mais surtout peu chers !
Il fallait donc qu'Intel propose une gamme de processeur basé sur les Pentium II, mais en beaucoup moins cher, pour continuer à vendre encore plus de processeurs.
Ainsi était né le Celeron, nom purement marketing et sans aucun lien avec le monde informatique (au contraire de "Pentium") qui est existe encore de nos jours, mais sous une autre forme.

Un démarrage difficile

Le premier Celeron, cadencé à 266 MHz sortit le 15 Avril 1998, soit quasiment un an plus tard que son ainé le Pentium II. Il reprenait la même interface sur la carte mère, le Slot 1, mais était dépourvu de boitier plastique, réduction de coût oblige.
Mais dans son raisonnement de proposer un Pentium II pas cher, Intel fit une grosse erreur et le dépourvu complètement du cache L2 si couteux. Ce fut un fiasco. L'architecture P6 n'était pas faite pour travailler sans L2, aussi les performances des premiers Celerons fut désastreuse.
Intel se décida de revoir sa copie après un acceuil plus que critique des journalistes, mais sortit tout de même le deuxième modèle sans cache L2, à 300 MHz, en juin.
Fin août, le premier Celeron digne de ce nom, avec 128Ko était présenté officiellement. Cadencé à 300 MHz comme son malheureux prédécesseur et renommé Celeron 300A pour ne pas être confondu avec cleui-ci, le nouveau Celeron avait des performances d'un tout autre niveau. Et ce qui ne gachait rien, il était extrèmement overclockable. Il devint rapidemment un très gros commercial, non seulement auprès du grand public qui n'avait pas les moyens de s'offrir des pentium II (et ils étaient nombreux), mais aussi des bidouilleurs fauchés (très nombreux eux aussi), qui trouvèrent là un excellent moyen de monter des bètes de courses à très bas coûts.
En effet, les Celeron à 300 voir 333 MHz pouvaient très facilement monter à 450, voir 500 MHz dans les meilleurs des cas, ce qui les placait au même niveau que les Pentium II de l'époque (à 350, 400 et 450 MHz) vendus près du triple !!
Intel enchaina ensuite les fréquences. Les Celeron Slot 1 allèrent ainsi jusqu'à 433 MHz par palier de 33Mhz avant de céder définitivement leur place aux Celeron PPGA en 1999.



Le retour au Socket

Les Celeron n'était basé sur le Slot 1 que pour les rendre compatible des cartes mères conçues pour les Pentium II. En effet, le cache L2 de 128 Ko étant directement intégré dans le processeur, contrairement aux Pentium II, il n'y avait aucune raison de mettre le processeur sur un PCB rapporté. C'est ce que dû se dire Intel lorsqu'il décida de revenir au Socket pour ses Celeron. Le slot ne fut finalement qu'une forme transitoire, car Intel avait déjà en projet de mettre également cache L2 dans ses tout nouveaux Pentium III et donc de revenir au format Socket.
Ce fut donc le Celeron qui initia ce changement et sorti mi 1998 dans un tout nouveau format, le socket 370. Le boitier était repris de celui des Pentium MMX (PPGA) mais possédait beaucoup plus de pattes (370 au lieu de 296).
Les premières versions sortirent à 300 MHz, et tout comme les versions Slot, chaque nouveau modèle voyait sa fréquence augmenter par palier de 33 MHz. Par contre, les nouveaux Celeron PPGA allèrent beaucoup plus haut en fréquence que les modèles Slot, et même encore plus haut que les Pentium II dont ils étaient issus, puisque le dernier modèle, sorti début 2000, culminait à 533 MHz !



Le Celeron à l'heure du Pentium III

Après avoir sorti son Pentium III, Intel se devait de continuer de proposer un équivalent Celeron. Intel fit l'impasse sur la transoposition du Katmai, car celui-ci ne possédait toujours pas de cache L2 intégré au processeur, donc ne convenait pas à la nouvelle politique de déploiement du Socket 370. Le premier Celeron "Pentium III" fut donc basé sur le core Coppermine, sortit début 2000 et était cadencé à 533 MHz. Il reprenait intégralement le boitier de son ainé, le FC-PGA.
Et pour ne pas le confondre avec le Celeron 533 PPGA, il fut renommé Celeron 533A.
Les premiers modèles s'overclockait toujous autant mais rapidemment, le fossé se creusa avec le Pentium III. En effet, ceci tournait avec des bus à 100 et 133 MHz, tandis que le Celeron gardait son antique bus à 66 MHz !
Intel passa donc les Celeron à un bus de 100 MHz en Janvier 2001, avec le Celeron 800. En découlèrent ensuite des versions échelonnées tous les 50 MHz et allant jusqu'à 1100 MHz.
Puis Intel sorti la plus puissante version du Celeron, basé sur le core Tualatin


Le plus puissant des Celeron

Le Celeron Tualatin utilisait toujours le Socket 370, mais n'était pas forcément compatible avec les anciennes carte mère acceptant. En effet, il nécessitait des tensions différentes, et un chipset compatible ce qui était loin d'être le cas de toutes les cartes mères au moment de sa sortie. Ceci aurait pu limiter sa diffusion comme cela le fit pour le Pentium III Tualatin, mais son prix, ses performances et le fait qu'il eut une durée de vie assez longue avant l'arrivée des Celerons basés sur l'architecture Netburst, jouèrent en sa faveur.


La principale raison du gain de performance, outre une architecture légèrement optimisée, était le passage à un cache de 256 Ko, ce qui le mettait plus qu'à armes égale avec le Pentium III Coppermine de même fréquence.
Sortirent des versions entre 1 et 1,4 GHz, les versions à 1 et 1,1GHz s'appelant Celeron 1000A et 1100A pour les distinguer de leurs cousin Coppermine de même fréquence.
Les Celerons de la générations Pentium II/III tirèrent leur révérence en Mai 2002 lorsque commencèrent à sortir les Celerons basés sur les Pentium 4. Tout du moins pour ce qui concerne les versions Desktop, puisque concernant les versions mobile, comme nous le verrons plus bas, et comme c'est généralement le cas, la transition se fit beaucoup plus tard.

Du côté des versions "mobile"

La vie des versions Celeron mobile se calqua sur celle des Pentium II et III Mobile. Mais contrairement à eux (et malheureusement), ils n'avaient pas la technologie Intel Speedstep permettant de réduire dynamiquement la fréquence du processeur.


Enfin, au contraire des Celerons Desktop, les Celerons Mobile passèrent au Coppermine-T, et inaugurèrent un tout nouveau Socket, le socket 478, qui deviendra très largement utilisé par la suite...






Dernière mise à jour : 01/11/2009